Infographie tendances e-commerce en 2020

Les 10 tendances e-commerce pour l’année 2020 – [Infographie]

Les 10 tendances e-commerce pour l'année 2020

PayPlug, la solution de paiement clé en main, publie son baromètre annuel des tendances e-commerce pour 2020 (infographie en bas de page).

Le top 3 des tendances e-commerce en détail

1. Cette année sera marquée par le commerce conversationnel.

Le commerce conversationnel est un système de communication directe entre une marque ou une entreprise et ses clients, par le biais de messages numériques instantanés qui sont partagés sur des plateformes telles que WhatsApp, Facebook Messenger, iMessage, Viber ou Alexa de Amazon, et qui intègrent la possibilité de faire des achats en ligne.

Quelques chiffres sur le commerce conversationnel :

  • 90% des consommateurs préfèrent communiquer avec les marques âr le biais des applications de messagerie.
  • 83 % des utilisateurs contactent des entreprises pour en savoir plus sur leurs produits ou services.
  • 76 % des acheteurs conversent avec les entreprises pour obtenir de l’aide pour leurs achats.
  • 75 % prennent contact à un moment donné pour effectuer un achat.
  • Jusqu’à 44 % des consommateurs ont utilisé des chatbots, et près de 50 % d’entre eux sont ouverts à l’achat d’articles pendant leur interaction avec le chatbot.
  • 80 % des entreprises disent qu’elles utilisent déjà ou prévoient d’utiliser les chatbots comme service de contact pour les clients.

2. Dans le Top 10 des tendances e-commerce pour 2020, les DNVB s'imposent

Ce concept fait référence au fait qu’il s’agit de marques qui naissent en ligne (= Digital Native). Elles ont comme principales  cibles les générations Millennials et Z, qui sont également nées dans le monde numérique, et n’utilisent donc au départ que les solutions digitales pour les atteindre.

Ces nouvelles marques contrôlent, généralement, l’ensemble de leur chaîne de valeur, de l’approvisionnement jusqu’au consommateur lorsqu’il a le produit entre ses mains (= Marques verticales).
De cette mnière, elles éliminent les intermédiaires qui font monter les prix, ce qui leur permet de réaliser un bien meilleur profit sur les produits et de contrôler à 100 % l’expérience de l’utilisateur.

Les DNVB se concentrent sur trois domaines essentiels qui contribuent également à les rendre compétitives vis-à-vis des grandes places de marché (Amazone, Alibaba, etc.) :

  • Investir pour rendre sa marque unique.
  • Veillez à développer une expertise approfondie autour de son produit.
  • Offrir une expérience client inégalée.

Dès le début, les DNVB possèdent beaucoup de données sur leurs clients car tout se passe en ligne, ce qui les rend capables d’être précises et de mieux orienter leur communication et leur interaction avec leurs clients. Par conséquent, les DNVB peuvent s’adapter rapidement aux changements du marché et proposer des produits innovants et des expériences nouvelles.

C’est Andy Dunn, le fondateur de Bonobos, qui, en 2007, a imaginé le concept de Digital Native Vertical Brand. Mais c’est surtout au cours des deux dernières années que les DNVB ont vraiment franchi le mur du son aux États-Unis et en Europe, souvent avec succès et avec des taux de croissance élevés en un temps relativement court.

En France, Le Slip Français est un très bel exemple de DNVB.

3. La lutte contre la fraude s'intensifie grâce au paiement biométrique

Le troisième facteur de réussite pour les sites e-commerce sera de rassurer les cyber-acheteurs par le biais des dernières innovations technologiques et des obligations légales qui permettent une sécurité accrue des moyens de paiement en ligne. Par exemple, la nouvelle régulation européenne sur les services de paiement (DSP2) exige une « authentification forte » avec une validation en deux étapes qui permet d’assurer que les clients ont bien donné leur accord limitant ainsi les éventuelles fraudes.

Car la possibilité de payer depuis le confort de son domicile par carte de crédit ou tout autre moyen de paiement a rendu le monde du commerce électronique plus vulnérable à la fraude et au vol d’identité. Les pirates informatiques recueillent des informations personnelles et financières sur les consommateurs, cassant les mots de passe, accédant illégalement aux comptes et falsifiant les identités, ce qui décourage souvent les gens de payer des biens et des services en ligne.

Les méthodes de sécurité traditionnelles comme la mémorisation d’un nom d’utilisateur, d’un mot de passe et d’une question secrète sont désormais dépassées car les pirates informatiques peuvent facilement les casser et accéder aux comptes des utilisateurs. Dans ce cas, les systèmes ne reconnaissent pas la véritable identité d’un utilisateur et permettent à quiconque de se connecter à un compte, quel que soit son mot de passe.

Pour prévenir l’utilisation abusive de l’identité, il est proposé de mettre en œuvre la technologie biométrique sur les sites de commerce en ligne, car un système d’identification biométrique utilise les caractéristiques physiques et comportementales d’un individu pour lui permettre d’accéder à son compte. Par exemple, il comprend l’utilisation des empreintes digitales, des motifs de l’iris, de la reconnaissance faciale, de la voix et des motifs des veines de la paume pour les faire correspondre à une base de données afin de vérifier l’identité d’un utilisateur.

En 2019, les ventes du e-commerce ont franchi le cap des 100 milliards d’euros.

Les chiffres e-commerce du bilan de l’année 2019 ont enfin été dévoilés le 5 février 2020 par la FEVAD en présence de Monsieur Cédric O, Secrétaire d’Etat chargé du numérique.  Avec 103,4 milliards d’euros d’augmentation des ventes, en 2019 le e-commerce a dépassé les 100 milliards d’euros.

Malgré les 1,7 milliards de transactions effectuées et une augmentation de 11.6% des ventes, le montant moyen d’une transaction, lui, a atteint son niveau le plus bas avec un panier moyen de 60€.

 

Call Now Button